750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marmelade d'oranges

Encouragée par mon essai de marmelade de cédrat et de bergamote, j'ai eu envie d'essayer une marmelade d'oranges, tout simplement, une première également. J'ai eu du mal à me décider sur une recette tant on trouve de modes opératoires différents, mais une chose est sûre : la préparation d'une vraie marmelade s'étale sur 2 à 3 jours !

Encouragée par mon essai de marmelade de cédrat et de bergamote, j'ai eu envie d'essayer une marmelade d'oranges, tout simplement, une première également. J'ai eu du mal à me décider sur une recette tant on trouve de modes opératoires différents, mais une chose est sûre : la préparation d'une vraie marmelade s'étale sur 2 à 3 jours !

Pour ma recette j'ai utilisé 1 kilo d'oranges douces (bio bien sûr !), 1 litre + 30 cl d'eau, 700 g de sucre blond de canne, et un jus de citron jaune. Je n'ai malheureusement pas fait attention à la variété en les achetant, elles se sont révélées excellentes en marmelade (bien que très peu juteuses, et à la chair plutôt acide).

Il y a un travail d'épluchage assez minutieux mais qui n'est pas trop long pour seulement 5 oranges. On enlève les "chapeaux", on pèle les oranges à vif, puis on retire des morceaux de peau un maximum de blanc, que l'on utilisera pas.

Il y a un travail d'épluchage assez minutieux mais qui n'est pas trop long pour seulement 5 oranges. On enlève les "chapeaux", on pèle les oranges à vif, puis on retire des morceaux de peau un maximum de blanc, que l'on utilisera pas.

On découpe ensuite en petits morceaux les écorces, la taille est vraiment selon le résultat que l'on souhaite obtenir...moi j'aime la marmelade avec de gros morceaux d'écorces dedans. J'ai ainsi découpé les écorces de toutes les oranges, certaines recettes ne prennent qu'une partie.

On découpe ensuite en petits morceaux les écorces, la taille est vraiment selon le résultat que l'on souhaite obtenir...moi j'aime la marmelade avec de gros morceaux d'écorces dedans. J'ai ainsi découpé les écorces de toutes les oranges, certaines recettes ne prennent qu'une partie.

On coupe la chair en morceaux, en recueillant le jus. Dans mon cas il n'y en avait quasiment pas, et d'autre part il y a beaucoup de blanc (300g), il me reste donc 700 g d'écorces et de chair. Je réalise alors que mes oranges n'ont pas de pépins !...dont a besoin pour la pectine qu'ils contiennent et contribuent à la prise de la confiture.

On coupe la chair en morceaux, en recueillant le jus. Dans mon cas il n'y en avait quasiment pas, et d'autre part il y a beaucoup de blanc (300g), il me reste donc 700 g d'écorces et de chair. Je réalise alors que mes oranges n'ont pas de pépins !...dont a besoin pour la pectine qu'ils contiennent et contribuent à la prise de la confiture.

Première phase de repos : on recouvre d'un litre d'eau et on laisse tremper 24 h, pour ramollir les écorces.

Première phase de repos : on recouvre d'un litre d'eau et on laisse tremper 24 h, pour ramollir les écorces.

On fait ensuite une première cuisson,  plutôt à couvert, et on pèse le mélange après. Comme j'ai fait une partie de ma cuisson à découvert et que je trouve que je n'ai pas assez de liquide par rapport à la quantité d'écorces (poids environ 1100 g), je rajoute 30 cl d'eau.

On fait ensuite une première cuisson, plutôt à couvert, et on pèse le mélange après. Comme j'ai fait une partie de ma cuisson à découvert et que je trouve que je n'ai pas assez de liquide par rapport à la quantité d'écorces (poids environ 1100 g), je rajoute 30 cl d'eau.

C'est le moment d'ajouter le sucre et le jus de citron...je découvre alors que mon citron est lui, bourré de pépins ! Je suis sauvée. Je mets ceux-ci dans une boule à thé neuve achetée pour cet usage exclusif, pour éviter la pêche aux pépins de la dernière fois.

C'est le moment d'ajouter le sucre et le jus de citron...je découvre alors que mon citron est lui, bourré de pépins ! Je suis sauvée. Je mets ceux-ci dans une boule à thé neuve achetée pour cet usage exclusif, pour éviter la pêche aux pépins de la dernière fois.

Je suis alors le conseil de certaines recettes et fait cuire le mélange 2 h 30 à feu très doux (2 h à 3 sur 9, puis 30 mn à 4 sur 9), à couvert (avec la boule contenant les pépins dedans). Puis je laisse reposer à nouveau presque 24 h (18 h pour des raisons d'organisation). On vérifie que les écorces sont bien tendres.

Je suis alors le conseil de certaines recettes et fait cuire le mélange 2 h 30 à feu très doux (2 h à 3 sur 9, puis 30 mn à 4 sur 9), à couvert (avec la boule contenant les pépins dedans). Puis je laisse reposer à nouveau presque 24 h (18 h pour des raisons d'organisation). On vérifie que les écorces sont bien tendres.

Vient alors la dernière étape, la plus rapide et la plus délicate : une cuisson brève à feu vif pour faire "prendre" la confiture (on enlève la boule avant). J'ai trouvé un conseil très utile sur une recette du net : la bonne prise ne dépend pas de la quantité de sucre, mais de l'atteinte impérative de la température critique de 105 °C...je vais m'apercevoir que ce n'est pas facile à atteindre !

Vient alors la dernière étape, la plus rapide et la plus délicate : une cuisson brève à feu vif pour faire "prendre" la confiture (on enlève la boule avant). J'ai trouvé un conseil très utile sur une recette du net : la bonne prise ne dépend pas de la quantité de sucre, mais de l'atteinte impérative de la température critique de 105 °C...je vais m'apercevoir que ce n'est pas facile à atteindre !

En effet, on ne peut pas démarrer le feu trop violemment sous peine de brûler le fond de la marmite et d'avoir des projections brûlantes. Je commence à 7, puis 8, puis 9. Je m'aperçois qu'il faut mettre le couvercle sinon on stagne à 103/104°C. Dès que l'on ouvre pour regarder la tête que ça prend, la température redescend...finalement, c'est en coinçant mon thermomètre avec le couvercle que je réussis à atteindre les 105°C ! Je laisse 3 mn, mais je pense qu'une minute aurait suffit.

En effet, on ne peut pas démarrer le feu trop violemment sous peine de brûler le fond de la marmite et d'avoir des projections brûlantes. Je commence à 7, puis 8, puis 9. Je m'aperçois qu'il faut mettre le couvercle sinon on stagne à 103/104°C. Dès que l'on ouvre pour regarder la tête que ça prend, la température redescend...finalement, c'est en coinçant mon thermomètre avec le couvercle que je réussis à atteindre les 105°C ! Je laisse 3 mn, mais je pense qu'une minute aurait suffit.

Ce qui n'est pas facile c'est qu'avec la buée sur le couvercle on ne voit pas l'évolution très rapide de la marmelade. La mienne est donc assez foncée. Ca va, mais il était temps que je la retire du feu !

Ce qui n'est pas facile c'est qu'avec la buée sur le couvercle on ne voit pas l'évolution très rapide de la marmelade. La mienne est donc assez foncée. Ca va, mais il était temps que je la retire du feu !

Je remplis 4 pots plutôt petits et il m'en reste un peu. Elle est légèrement trop prise mais s'étale bien tout de même, et surtout le goût est là : on a l'impression qu'il y a de l'huile essentielle d'orange dedans ! Un régal qui, sur un toast, a un vrai goût d'Angleterre !

Je remplis 4 pots plutôt petits et il m'en reste un peu. Elle est légèrement trop prise mais s'étale bien tout de même, et surtout le goût est là : on a l'impression qu'il y a de l'huile essentielle d'orange dedans ! Un régal qui, sur un toast, a un vrai goût d'Angleterre !

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
j’apprécie vos pas-à-pas culinaires : clairs et instructifs.<br /> merci
Répondre
A
Hum voilà qui me fait très envie sur une tranche de pain !
Répondre
M
J'adore la marmelade d'orange! J'en salive rien qu'à regarder tes photos!<br /> Bisous.
Répondre
M
excellent ; perso je la fais avec des oranges amères, juste en janvier.très belles photos !
Répondre
G
Merci, il faudra que tu me donnes ta recette aussi !
F
elle a l'air succulente !! merci beaucoup pour ton tuto super détaillé !<br /> bisous
Répondre